logo chateau fumal

FUMAL
UNE  HISTOIRE
DEPUIS 984

Notre histoire

984

Le nom de « Fumal » apparaît pour la première fois, sous la forme de Farmala ; appellation d’origine germanique composée de deux termes : farna et malho. FARNA {faʁna} n.f. – fougère MALHO {malo} n.f. – dépression géologique

1150
1150

On cite le 1er Seigneur, Albert de Fumal.

1300
1300

13e SIÈCLE : Fumal fait partie du Comté de Namur, enclave dans la Principauté de Liège.

1367
1367

La Seigneurie est acquise par Rigaud de Warnant.

1422

Fumal entre dans la famille d’Oultremont. Après une succession, le bien se divise en deux, le château et la Cense del Fosse (construite à l’emplacement du terrain de football actuel), et ce, jusqu’en 1620.

1523

Fumal avait déjà son vignoble. Implanté sous le château, il est bien exposé au sud et une solide muraille l’entoure. Lorsqu’il rachète le château, Séverin de Méreaude porte une attention particulière à restaurer la vigne. Il fait réparer les murailles et replanta 4.000 double pieds de vigne. Dans un registre détaillé, il fait rapport de ses récoltes. Un document évoque un 2e vignoble qui devait très probablement se situer à l’endroit de la vigne replantée en 2016.

1564
1564

La Cense del Fosse, trop souvent inondée, est reconstruite près du château. La Seigneurie est passée dans les mains de la famille de Hosdent.

1611

Jean de Fumal complète le manoir par des bâtiments agricoles, une grande brassine et cave qui sert de pressoir à vinaigre, une majestueuse grange en pierre, un colombier et d’imposantes murailles de pierres avec des grandes et solides portes d’entrée.

1641

La Cour de Justice de Fumal organise ses plaids généraux et ruraux. Voici un exemple de deux ordonnances : * Il est interdit de vendre de la cervoise autre que celle de la Franche Taverne, sous peine de confiscation et de 3 florins d’amende. * Les tenanciers de la Franche Taverne doivent vendre la cervoise au prix fixé par la Cour de Justice. Ils serviront chacun dans des pots à la juste mesure, sous peine de 3 florins d’or d’amende.

1674
1674

Séverin de Méreaude commence à acheter les biens de Fumal. Il acquiert tous les droits en 1688 et c’est seulement en 1715 qu’il est reconnu officiellement Seigneur de Fumal. Celui-ci prend également soin de restaurer la vigne. Il faut réparer les murailles l’entourant et replante 4.000 double pieds de vigne. Dans un registre détaillé, il fait rapport de ses récoltes.

1724
1724

Marie-Madeleine, fille de Séverin, hérite de la Seigneurie. En épousant Jacques-Florentin du Fontbaré, elle fait rentrer Fumal dans cette famille, qui l’occupe encore aujourd’hui.

1733
1733

Dans les documents officiels relatant la succession de Séverin de Méreaude, les parcelles de vigne sont clairement évoquées et incluses dans le partage des biens de celui-ci.

1746
1746

Le Maréchal de Saxe met Fumal sous sa protection.

1760
1760

Désiré-Antoine du Fontbaré achète la Cense del Fosse et donne, suite à d’importants travaux en 1774, l’allure du château que l’on admire maintenant.

1804

Indignation nationale : Napoléon serait en train de faire arracher les dernières vignes présentes dans la région afin de tuer la concurrence. Au cours de cette période qui correspond à la fin du Petit Âge Glaciaire en Europe et qui modifiera sensiblement le climat de nos régions, la Belgique cesse peu à peu d’être un pays de vin pour devenir un pays de bière. Napoléon, qui veut tout contrôler dans son empire, aurait demandé d’arracher les dernières vignes présentes sur le sol belge afin de favoriser le vin français. Mais surtout, le développement des moyens de communication a permis à la Belgique d’acquérir des produits moins chers et de meilleure qualité dans d’autres contrées. L’augmentation de la population dans nos régions, notamment dans les villes et villages, a aussi eu pour résultat de réaffecter bon nombre de parcelles viticoles en habitation ou cultures maraîchères.

1812
1812

Révolution dans l’agriculture avec l’introduction de la culture de la betterave. Le maire justifie que seulement 2 hectares ont été plantés car le sol est trop pierreux.

1864
1864

Décès de Désiré-Antoine du Fontbaré à l’âge de 93 ans. Il connut 4 nationalités durant sa vie : autrichien, français, hollandais et enfin belge en 1830. Il fut le 1er bourgmestre de Fumal.

1912
1912

Jour de fête à Fumal le 22 septembre 1912 à l’occasion du mariage du Baron du Fontbaré de Fumal avec Pauline de Hemptinne. La légèreté et l’insouciance moins de deux ans avant l’inqualifiable…

1926
1926

L’électricité est installée dans le village. Il faut attendre 1937 pour obtenir l’eau de distribution.

1966
1966

Jean reprend le Château de Fumal avec son épouse, Joséphine-Marie, et l’occupe jusqu’à son décès en 2022.

1976
1976

La fusion des communes intègre Fumal dans la commune de Braives.

1987
1987

Mariage de François-Hubert avec Marie-Hélène de Dorlodot. Ils ont 4 enfants : Sophie, Stéphanie, Guillaume et Nicolas.

1989

François-Hubert reprend l’exploitation agricole. A cette époque, il cultive du blé, de l’orge brassicole, des betteraves, du lin textile et des pois de conserverie. Aujourd’hui, à ces cultures, se sont ajoutés : des haricots, du colza, des chicorées, de l’épeautre, du maïs, du miscanthus, des pommes de terre, des bandes aménagées de cultures environnementales et bien sûr, la vigne. La ferme est en non labour depuis 1993 et en culture raisonnée depuis 1998. Une partie de l’exploitation sera certifiée « bio » fin 2020.

1991
1991

Le Parc Naturel de la Burdinale et de la Mehaigne est créé et Fumal en fait partie.

2016
2016

Plantation du vignoble : un rêve qui devient réalité ! Rêvant de replanter le vignoble ancestral pour ses vieux jours, François-Hubert reçoit, pour ses 50 ans, des pieds de vigne de la part de ses amis, eux aussi amateurs de vin. Et grâce au travail de son épouse et de leurs 4 enfants, le projet “amateur” s’est transformé en un vignoble de 5ha85. | 2016 : plantation 1,5 ha de Chardonnay | 2017 : plantation des 3 cépages sur 3,5 ha

2018
2018

Première vendange à Fumal pour la parcelle de Chardonnay plantée en 2016.

2019
2019

Restauration de la tour à double bulbe du château.

2020
2020

Le PRÉ/EN/BULLE 2018 (élaborée à partir du Chardonnay planté en 2016) est notre première cuvée « brut » avec un dosage de 10g/l.

2021
2021

Début des travaux de rénovation de la toiture du chai.

2021
2021

Début des travaux du chai et du pressoir, dans les dépendances du château.

2022
2022

Les travaux intérieurs du chai et la mise en place des cuves pour recevoir la vendange 2022.

2022

François-Hubert et Marie-Hélène reprennent le château. Les vendanges 2022 sont enfin vinifiées au château.

2023

Fin des travaux dans le chai et les écuries. Réaménagement du potager avec plantation de 600 pieds de vigne de nos trois cépages. Vigne, potager et verger vont se mélanger dans ce lieu clos de mur.

2023
mise-en-bouteille-vins-belgique

Mise en bouteilles au Château.

2023
foudres et barriques Tonnelerie de Champagne

Départ de nos grumes de chêne pour en faire des foudres et barriques à la Tonnelerie de Champagne.